Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rouler en ville dans de bonnes conditions

Apprendre à conduire n’est pas toujours chose aisée. Et apprendre à conduire en ville, est une toute autre paire de manches. En effet, le code de conduite a beau être le même presque partout, il n’est pas moins vrai que les conditions de conduite en ville sont très différentes. C’est la raison pour laquelle, il est impératif d’adopter de bonnes habitudes et de se défaire de certains préconçus pour rouler en ville dans de bonnes conditions.

Le port du casque

De nombreux motards ont tendance à croire que les casques et les équipements moto sont plus une menace pour eux que les accidents dont ils les protègent. L’on entend dire que les casques cassent le cou aux accidentés ; qu’ils réduisent la visibilité ou la capacité à entendre le danger arriver, ou qu’ils sont simplement inutiles en cas d’accident.

Pourtant, les casques de qualité protègent le cou autant que la tête. L’on ne s’en rend pas compte, mais un bon casque absorbe la majorité de la force des chocs, réduisant ainsi la probabilité d’une blessure au cou. Ensuite, même si certains casques peuvent donner l’impression de réduire la visibilité, ce n’est pas le cas des casques jet, qui sont en fait ceux indiqués pour les trajets en ville. Enfin, les casques protègent des chocs à la tête : ils ne sont donc pas des solutions miracles en cas d’accident grave. Mais il est préférable d’en avoir un que de s’en passer.

Prendre conscience des autres véhicules

Les personnes qui roulent à moto, ou qui ont déjà fait du vélo en ville, ont souvent le sentiment que les autres usagers de la route ne les voient pas. Ceci s’explique par plusieurs faits. D’abord, les motos occupent moins de volume que des voitures. Il n’est pas rare que des conducteurs inexpérimentés ne se rendent pas compte de la présence de la moto. Mais, s’il est vrai que la faute peut être rejetée sur les autres conducteurs, il revient au motard de prendre les dispositions pour y remédier.

Ainsi, un motard consciencieux prendra soin de toujours avoir un casques avec des propriétés rétro-réfléchissantes. De s’assurer qu’il est aussi visible que possible, et surtout de faire preuve d’une double dose de vigilance.

Le freinage antiblocage, bien ou pas ?

Contre toute attente, certains motards fuient les freins anti bloquants. Ils semblent penser qu’en cas d’accidents, des freins basiques leurs permettraient, d’arrêter la course de leur moto mieux qu’un système de freinage antiblocage. S’il est vrai que les roues de la moto s’arrêteront plus vite, rien ne garantit qu’ils évitent l’accident. Le rôle des freins anti bloquants est de permettre au pilote de ralentir rapidement la moto, mais pas au point où il perde le contrôle du véhicule.

Certains pilotes professionnels très expérimentés sont en mesure de freiner sans le système antiblocage, mais à défaut d’avoir une telle maîtrise, il est préférable d’utiliser un tel système. Même s’il y a collision, ce type de frein permet tout de même de réduire suffisamment la vitesse pour éviter une collision dangereuse. Une alternative préférable à une chute à grande allure.

Conclusion

Conduire en ville dans de bonnes conditions, revient à prendre en compte de nombreux facteurs. La visibilité, les habitudes des autres usagers de la route, le choix d’un bon système de freinage ainsi que les bons reflexes en cas d’accident, etc. Mais, avant toutes ces considérations, opter pour des casques jet devrait être la priorité de tout motard urbain.

Tag(s) : #Infos Moto

Partager cet article

Repost 0